A-t-on encore besoin de la confession ? Les leçons de l’histoire

A-t-on encore besoin de la confession ? Les leçons de l’histoire

par Bernard-Dominique MARLIANGEAS, dominicain, qui a collaboré à l’élaboration du nouveau rituel « Célébrer la pénitence et la réconciliation », et publié notamment Réconciliation aujourd’hui (Édition Ouvrières, 1989) et Culpabilité, péché, pardon (Cerf, 2005).
Saint Augustin ne s’est jamais confessé… pour une raison très simple : la confession n’existait pas à son époque ! La pratique ecclésiale pour le pardon des péchés a connu une série de crises qui ont conduit à la naissance de formes très différentes les unes des autres ; la crise que nous connaissons est loin d’être terminée. Le pardon des péchés est au cœur de la bonne nouvelle évangélique ; mais l’Église peut-elle en trouver la forme définitive ?

Célébrer la réconciliation. Questions et perspectives

Célébrer la réconciliation Questions et perspectives

par Bernard-Dominique MARLIANGEAS, dominicain, qui a collaboré à l’élaboration du nouveau rituel « Célébrer la pénitence et la réconciliation », et publié notamment Réconciliation aujourd’hui (Édition Ouvrières, 1989) et Culpabilité, péché, pardon (Cerf, 2005).
Confession individuelle, célébration communautaire, absolution collective… 35 ans après la promulgation d’un nouveau rituel où en sommes-nous ?

Dégradations de l’environnement : peut-on encore parler de générations futures ?

Dégradations de l’environnement : peut-on encore parler de générations futures ?

par Dominique BOURG, professeur à l’Université de Lausanne, Faculté des géosciences et de l’environnement, Institut de politiques territoriales et d’environnement humain.
En matière d’environnement global, nous sommes passés, sans le voir réellement, d’un discours sur les générations futures à la quasi assurance d’un futur proche plutôt rude. Comment préserver du sens et des possibilités de bonheur dans un monde qui deviendra beaucoup plus hostile pour notre espèce ?

Echapper à la catastrophe : le pari de Pascal

Echapper à la catastrophe : le pari de Pascal

par Laurent THIROUIN, professeur de littérature française du XVIIe siècle à l’Université Lumière Lyon 2.
Sous sa forme caricaturale, le pari de Pascal se présente comme une sorte d’assurance spirituelle face au danger suprême, celui d’affronter un Dieu irrité qu’on n’ait pas cru en lui. En réalité, l’argument de Pascal est moins une incitation à parier pour Dieu, qu’une confrontation de chacun à sa propre espérance. Il pose frontalement la question : est-ce que je souhaite espérer ? Ou encore : pourquoi devrais-je renoncer à espérer ?

La démocratie, « communauté de nos aurores »

La démocratie, « communauté de nos aurores »

par Bernard GINISTY, ancien directeur de l’hebdomadaire Témoignage Chrétien, cofondateur de l’association « Démocratie et Spiritualité », formateur de travailleurs sociaux.
La démocratie ne définit pas d’abord l’appartenance à un système politique ou les modalités d’une délégation, mais un travail permanent de la société sur elle-même. Elle est en crise chaque fois qu’elle l’oublie. Elle ne retrouve sa vitalité que par la prise de responsabilité civique de tous les citoyens. Comment revitaliser nos démocraties afin qu’elles soient l’espace de la « communauté de nos aurores » (René Char) ?

La virilité : images et réalités du masculin

La virilité : images et réalités du masculin

par Joël CLERGET, psychanalyste et enseignant à Lyon, praticien en haptonomie pré et périnatale.
La virilité est l’imaginaire qu’ont hommes et femmes quant à ce que doit être et paraître un homme dans ses comportements et actions, l’expression de ses affects, son statut socioculturel, la répartition des rôles masculins et féminins. N’est-elle pas la baudruche morale dont se parent la fragilité et la vulnérabilité des hommes ?

Le cancer en 2012 : tout ce que vous voulez savoir

Le cancer en 2012 : tout ce que vous voulez savoir

par Gilles FREYER, professeur de cancérologie au CHU de Lyon, auteur de Faire face au cancer, l’espoir au quotidien (Odile Jacob, Paris, 2008).
A partir d’un certain nombre de thèmes (nombre de cas dans la population, facteurs de risque, prévention, dépistage, diététique, signes d’annonce, traitements, thérapeutiques complémentaires, recherche, relations avec les patients, etc.), l’assistance sera invitée au début de la conférence, à poser par écrit des questions et l’intervenant y répondra au fur et à mesure, avec l’aide d’un paper board et de diapositives.

Le pardon : sens, contre-sens et ouvertures

Le pardon : sens, contre-sens et ouvertures

par Nicole FABRE, enseignante au Centre Sèvres, psychanalyste, psychothérapeute d’enfants, auteur de Les paradoxes du pardon (Albin Michel 2007), Voyage en désespérance (Cerf, 2011)
Demander pardon : quel est le sens de cette demande pour le fautif et pour celui à qui est adressée la demande ? « L’impardonnable », ou ce qui est vécu comme tel, nous ouvre à un au-delà du pardon, à inventer.

L’espérance a toujours raison

L’espérance a toujours raison

par Yan PLANTIER, professeur agrégé de philosophie, maître-assistant à l’Université Catholique de Lyon.
L’espérance n’est pas un calcul qui porte sur le possible, mais une grâce qui le suscite. Toutefois cette grâce d’espérer ne demande-t-elle pas comme un engagement intérieur, comme un patient entraînement ? Celui qui aime n’a-t-il pas, en quelque sorte, un devoir d’espérer pour l’autre ? En ce sens l’espérance n’est-elle pas une vertu oubliée ?

Péguy et la petite fille espérance

Péguy et la petite fille espérance

Audition d’extraits du Porche du mystère de la deuxième vertu,
lus par Patrick AUZET-MAGRI, artiste et formateur en art de la scène.
Souvent considéré comme poète, Péguy a également été un formidable essayiste. Quant à Jeanne d’Arc, elle aura été au centre de son œuvre, dès 1897, avec ceux qui auront tâché de « porter remède au mal universel », jusqu’en 1912 dans « Le Porche du mystère de la deuxième vertu : « l’espérance, dit Dieu, voilà ce qui m’étonne ». Péguy a été suffisamment récupéré pour qu’on décide de commencer par l’entendre.

Témoin ou victime d’une catastrophe : sortir du trauma

Témoin ou victime d’une catastrophe : sortir du trauma

par Nathalie PRIETO, docteur psychiatre, membre de la Cellule d’Urgence Médico-Psychologique du CHU de Lyon.
Quelles procédures sont utilisées pour conjurer les effets traumatiques d’une catastrophe sur les rescapés ou sur les témoins ? Peut-on susciter une capacité de résilience ? Peut-on gérer les effets tardifs du traumatisme ?

Vivre à la bonne échelle

Vivre à la bonne échelle

par Olivier REY, chercheur au CNRS et enseignant à la Sorbonne, auteur notamment d’Itinéraire de l’égarement (Seuil, 2003) et d’Une folle solitude (Seuil, 2006).
On peut mesurer les choses les unes par rapport aux autres. On peut aussi les comparer à ce qu’il conviendrait qu’elles soient. La pensée scientifique et technique a rejeté cette seconde manière de mesurer, en tant que purement subjective. Et pourtant, il ne peut y avoir pour l’être humain de vie bonne qui ne respecte une certaine « mesure », au sens de « juste mesure ». Or dans bien des domaines, nous sommes sortis du cadre propice à l’épanouissement d’existences authentiquement humaines. Retrouver ce cadre n’est pas seulement un impératif de survie, mais aussi une condition pour vivre véritablement.

Voyager immobile : mondes virtuels, corps et cyberespace

Voyager immobile : mondes virtuels, corps et cyberespace

par Axel GUÏOUX, maître de conférences en anthropologie à l’Université Lyon 2, responsable de l’axe de recherche « Corps, santé et nature : manifestation et représentation du vivant ».
A partir de l’observation des usages de jeux vidéo en réseau par des joueurs en situation de handicap nous aborderons les notions de virtualité et de simulation. Qu’est-ce que, concrètement, explorer un monde virtuel ? Quelles sont les conséquences cognitives et corporelles de ces expériences ?